Écoute-moi quand tu me parles!

J’ai suivi une formation sur la communication relationnelle il y plus de 15 ans et j’ai terriblement « souffert » lors de la première journée. Sérieusement! Le coach, de reconnaissance internationale, tentait de nous enseigner comment être à l’écoute en utilisant la méthode suivante : répéter TOUT ce qu’il venait de dire dans toutes ces longueurs, largeurs et profondeurs imaginables. Certaines personnes cognaient des clous tellement c’était ennuyant! D’autres se sont fâchés et n’y ont point survécu; ils sont partis en claquant la porte derrière eux. Tandis que d’autres ronflaient. Moi? J’ai tenu le coup, car je suis le genre de personne qui est déterminé à terminer ce qu’elle a commencé. Heureusement!

L’objectif de cet exercice était, justement, de nous épuiser au point de lâcher-prise de nos pensées jusqu’à ce que notre cerveau soit complètement vidé. Ensuite, il devenait possible d’accepter, de façon soumise, de se laisser bourrer le crane d’une nouvelle manière de penser. Ce que j’ai conclu de cet enfer de platitudes, c’est que l’être humain est tellement centré sur lui-même qu’il ramène tout à sa personne et à son intérêt. N’étant pas du tout à l’écoute, inconsciemment, il n’éprouve aucun respect pour les paroles des autres ce qui réduit la capacité d’être empathique.

L’écoute active a un impact positif

J’ai rencontré une dame la semaine dernière qui était restée à la maison pour s’occuper de sa mère malade pendant une dizaine d’années. Elle sortait en public pour la première fois pour faire du bénévolat. Elle semblait fragile et inadéquate face au public, mais elle avait une énergie et une lumière tellement brillante que j’en suis restée éblouie. J’ai su par sa fille le lendemain matin, qu’elle m’avait bien aimé parce qu’elle s’était sentie importante avec moi. Pourtant, tout ce que j’ai fait pour cette femme extraordinaire, c’est d’être à l’écoute de ses paroles et de ses besoins.

Le plus drôle dans tout cela, c’est que certains croient que des gens qui passent leurs vies à la maison sont inférieurs parce qu’ils n’ont pas d’éducation ou qu’ils n’ont pas de travail en entreprise. En ce qui me concerne, ces personnes sont supérieures parce qu’ils font le don ultime de soi tous les jours pendant des années simplement pour que quelqu’un d’autre soi bien. Ce genre de personne mérite toute ma reconnaissance et mon respect parce que dans une même situation, je ne sais pas si je pourrais en faire autant. Je serais peut-être de ceux qui placent ses parents en foyer d’accueil juste pour garder ma liberté.

Écouter, c‘est renoncer à notre égo

Quand une personne n’est pas à l’écoute, c’est qu’elle tend à tout faire pour se protéger, pour se défendre et pour survivre. C’est en parlant qu’elle cherche à se valoriser, car parler suscite le désir d’attirer à soi les relations nécessaires pour combler ses propres besoins.

Écouter est une forme de reconnaissance, c’est reconnaître la valeur intellectuelle et spirituelle de l’autre. C’est l’ultime don de soi. Lorsqu’on est à l’écoute, on enrichit l’autre. On encourage sa confiance et sa créativité et on fait renaître sa motivation.

Parfois les mots ont deux significations

Faisons comme si tous les êtres humains étaient à l’écoute, seulement pour un instant. Certains s’enfargeraient dans l’interprétation des mots, plusieurs se perdraient dans l’interprétation et d’autres engendraient des discussions plus profondément dans le but de comprendre la définition et la perception de l’orateur. Pourquoi? Parce que chacun attribue une signification différente aux mots.

Et vous? Lorsque vous êtes à l’écoute, est-ce que vous entendez vos propres pensées ou si vous entendez les mots de la personne qui vous parle?

Qui écoute a l’avantage, qui parle, le donne aux autres.
– Proverbe péruvien

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.